La reine des sirènes françaises vous emmène dans les profondeurs de l’océan

Alice est apnéiste, et c’est même la reine des apnéistes françaises.
A 35 ans, la jolie blonde détient le record de France avec 82mètre en 2min30sec. Une expérience que peu d’entre nous ont vécue.
Alice nous partage son expérience sensorielle dans cette descente dans les abysses.

Tout d’abord la concentration dans le vacarme de la surface. Maîtriser son rythme cardiaque , se calmer en regardant le ciel, dernier contact avec l’oxygène.

Décompte, une grande inspiration, et plongée dans le silence des profondeurs.
Alice se retrouve seule avec elle même, son corps passe en mode automatique. Arrivée à 30 mètre, elle se sent aussi lourde qu’une pierre qui coule. Elle laisse faire, sans peur, attirée par les abysses.

La pression devient de plus en plus forte. 9 bars de pression c’est l’équivalent d’un camion de 15 tonnes sur le corps. « c’est tellement violent que je ne ressens aucune douleur, je suis comme en dehors de mon corps »

Elle doit pourtant surveiller son corps, surtout équilibrer la pression dans ses oreilles. Alice ne ressent aucune contrainte, au contraire, elle se sent libre.

Elle arrive à 82 mètre, s’empare du tag qui prouve sa performance.
Et le plus dur reste à faire: remonter à la force des jambes !
L’effort est intense, et le corps a besoin d’être rassuré « je me dit que je n’ai jamais eu d’accident, ça rassure mon corps et lui donne la force de poursuivre »

Après, 2min 30sec de plongée en apnée, Alice renoue avec l’oxygène de la surface. Elle est championne de France, mais pour elle ce n’est pas le plus important : »sous l’eau, j’ai totalement confiance en moi, alors j’espère que pour vous aussi il y a un endroit ou vous vous sentez invincible »

Xavier Musashi

Publicités
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Une française vice championne du monde d’apnée ou le merveilleux voyage d’Alice vers les abysses

A 82 mètres de profondeur record battu. Princesse au Royaume des Sirènes. Alice nous raconte.

« Je suis Alice Modolo. Je flotte, allongée sur le dos, bercée par les vagues. Je suis à kas, en Turquie, et dans un instant va commencer l’aventure. Atteindre les 82 mètres de profondeur. Battre le record de France. Dans le brouhaha qui parvient à mes oreilles, je distingue le décompte. Trois… deux… un…

Mes pensées s’éloignent de toute cette agitation qui m’entoure. Mon regard quitte le bleu du ciel pour celui de l’eau. Je plonge dans le silence et la solitude. Mon corps, tel un métronome, enchaîne les gestes précis, techniques.

30 mètres. Je me sens aspirée par les abysses. La pression me transforme en pierre qui coule, inexorablement. Le filin défile devant moi, m’hypnotise. Le froid s’empare de mon corps. Seul mon visage est en contact direct avec l’eau. Par lui je prends conscience de ma vitesse. 1 mètre seconde. Pas plus.

Mon univers évolue avec ma descente. Il fait de plus en plus sombre. Je franchis les 9 bar de pression. Un poids lourd de 15 tonnes m’écrase, sans douleur. Il y a mon corps… et moi. Il subit… je suis bien. A un détail près cependant : je dois rapidement mobiliser le peu d’air qu’il me reste. Sans plus attendre, il me faut équilibrer mes oreilles sinon la plongée s’arrête.

Moins 78, moins 79, moins 80… je touche au but. Encore deux mètres. Je m’empare du « tag », il témoigne de ma réussite. Mon regard se pose sur le drone sous-marin qui m’accompagne. Instantanément mon cerveau me ramène à la réalité. Je ne suis pas seule. Cette pensée me donne la force dont j’ai besoin pour rejoindre là-haut ceux qui m’attendent.

Je dois m’arracher à ces profondeurs qui enserrent mon corps. La séparation est une épreuve physique. Je compte sur mes jambes pour parvenir à remonter ces 82 mètres, l’équivalent d’un immeuble de 35 étages.

Je prends alors conscience que je ne respire plus depuis 2 min 30. Ma poitrine crie sa souffrance, mes jambes sont prêtes à me trahir. Pour gagner, mon esprit doit dominer mon corps. Je me concentre à nouveau. Je sais que je peux y arriver. Je ne crains pas la syncope. Doucement, le calme revient. Je goûte ces derniers instants d’intimité avec les profondeurs.

Encore quelques mètres. Je croise mes anges gardiens, les apnéistes de sécurité. Positionnés à trente mètres, ils guettent le moindre signe de faiblesse. Mais tout va bien. Merveilleusement bien.

Soudain, je jaillis hors de l’eau. Le danger me guette encore une fois. Ma première inspiration peut m’être fatale, mais je suis bien préparée. Tel un trophée, j’exhibe le tag caché sous ma cagoule.

Instantanément, ma main s’élance hors de l’eau pour rassurer tout le monde d’un simple signe conventionnel.

En trois minutes vingt d’apnée, je viens de battre un record de France et je suis quatrième mondiale.

Je suis heureuse ».

DCD

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Plongée dans le monde du silence avec Alice Modolo, recordwoman de France en Turquie

Dans la peau d’Alice Modolo, apnéiste. » La championne raconte sa performance. Immersion et introspection.

« Carton blanc, record de France, 82 mètres, je me classe 4e mondiale ». Quand Alice Modolo remonte à la surface, l’apnéiste reste empreinte du monde du silence. « Je l’avoue, je n’ai pas confiance en moi, mais sous l’eau, j’ai totalement confiance en moi ». Immersion, introspection.

4, 3, 2, 1, c’est parti ! La pression de l’évènement sportif laisse place à celle plus tangible, plus physique, exercée par le poids de l’eau sur le corps.
A 30 mètres, je suis aussi dense et lourde qu’une pierre qui coule. C’est à cet instant que la vie bascule, que l’âme s’échappe du corps, devenu trop lourd à porter : 9 bars, l’équivalent d’un poids lourd qui m’écrase.

Et pourtant, je n’ai pas mal. Les mètres défilent, le filin m’hypnotise. Je vais bientôt toucher le fond, l’image est antinomique. Car je me sens bien, je suis proche de l’objectif. L’air se comprime dans mes poumons, je dois gérer cet aspect pour mon oreille interne. L’équilibre est infiniment fragile à de telles profondeurs.

Libre, lovée dans un cocon, mon corps et mon esprit communiquent comme s’ils étaient détachés ou juste reliés par un fil. Il fait noir. 4, 3, 2, 1…

J’ai le témoin, 1er objectif rempli. Mon cerveau me renvoit l’image de la surface. 82 mètres à parcourir, un immeuble de 35 étages. Remonter, c’est ma mission maintenant, mais l’air me manque et la pression est toujours plus forte. Produire l’effort, ne pas sombrer, éviter la syncope. Les mots défilent dans ma tête. J’ai déjà vécu cette scène des milliers de fois pour me préparer mentalement.

Seule dans l’adversité, j’avance telle un métronome. Je vois l’équipe de sécurité. Je suis rassurée, je respire presque. Le monde du silence va laisser la place à la lumière.

4, 3, 2, 1… 3min20sec en apnée.

Marcel Proust

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Mon autre vie sous l’eau

Moi Alice Modolo championne de France d’apnée. La descente de ma vie. En trois minutes.

En 3mn 20 sec je suis devenu championne de France d’apnée et 4e mondial. La récompense est là, mais le bonheur sous l’eau encore plus grand. Des heures d’entrainement et de sacrifices pour une victoire ultime, celle sur ma vie.

C’est ma dernière plongée de la saison et j’ai pris soin de bien m’y préparer. Allongée à la surface de l’eau j’attends le top départ et tout tourne dans ma tête. Le stress m’envahit, les questions se bousculent et mon esprit s’évade.

La pression monte et je me raccroche aux personnes qui me sont chères. Ma vie défile. Seul le compte à rebours me ramène à la réalité. Une dernière respiration et c’est parti pour plus de 80 mètres de profondeur.

A cet instant il n’y a plus que moi, le liquide et ce bleu intense. Mes gestes sont précis et méthodiques. A 50 mètres la pression est tel un camion de 15 tonnes qui passe sur ma poitrine. Pourtant le plaisir s’intensifie, encore, malgré les efforts.

Je ne me pause plus de questions ni de doutes, mon bonheur est ici et maintenant. Je suis seul, sans mes accompagnateurs, livré à moi-même et ma force mentale.

Ça y est, je l’ai, je décroche la preuve de mon record et déjà il me faut remonter. Ici je suis dans mon élément, dans une autre vie, je deviens forte et confiante. Un sentiment étrange qui ne me fait pas oublier les efforts intenses à fournir pour remonter. Un bonheur immense de plus de 3 minutes qui s’achève à ma première bouffée d’oxygène.

Ce jour là en Turquie j’ai gagné…Trois minutes de ma vie.

Jean.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Racisme à la location : un fléau gangrené par des agents immobilers peu scrupuleux

Comment certains professionnels relaient le racisme ordinaire ? Franceinfo a testé une douzaine d’agences. Coupables ou responsables ?

Les affaires de ce type fleurissent dans les journaux ces dernières années. Signe que le racisme ordinaire se banalise dans la location immobilière.

France info a donc choisi de mener l’enquête. En caméra cachée, un journaliste décrypte les pratiques d’une douzaine d’agences. Voici l’univers impitoyable de la sélection des candidats à un appartement.

Dans la peau d’un propriétaire, le reporter pose systématiquement « La » question.

« Si je vous dis, je préfère un franco-français, ça vous choque ? ». Une petite phrase qui réclame en principe un rappel à la loi. Pourtant, les professionnels de l’immobilier n’hésitent pas à franchir la ligne rouge.

En France, toute discrimination est illégale et sévèrement punie. Ecarter des dossiers de candidats en raison de leur origine relève du pénal (*). Une notion que les agents immobiliers n’ignorent pas. Même si le testing a valeur de preuve au regard de la loi pour l’égalité des chances.

Et pourtant, certains prennent le risque. Pour faire des affaires, en marge de la morale et de la loi. C’est à ce prix. La pression économique et la concurrence du secteur l’exigent. Pour signer un mandat, et récupérer un bien, certains acceptent bien des compromissions.

Le racisme ordinaire est un fléau pour les locataires d’origine étrangère. Un drame sociétal moderne dont certains professionnels de la location se rendent complices. Lors de cette enquête, un sur deux est resté dans les clous. Seulement. Les autres n’ont pas été choqués d’entendre certaines diatribes.

« J’aimerais des profils plus européens ». Et de préciser : « pas de noirs, pas d’arabes ». Réponse de l’agent zélé : « ça ne me choque pas, pas de problème ».

Ne reste plus qu’à simuler le respect de la loi.

« Vous n’avez qu’à dire que vous voulez un fonctionnaire. Les étrangers ne peuvent pas l’être ».

Faux. Qu’importe. L’important n’est pas d’être irréprochable éthiquement. Conclure le mandat prime. Le racisme ordinaire peut perdurer.

*3 ans de prison et 45000 euros d’amendes € pour un particulier et 225000 pour un professionnel. Loi pour l’égalité des chances du 31 mars 2006.

Marcel P.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Comment les agences immobilières pratiquent-elles la discrimination raciale?

Les citoyens sont égaux devant la loi. Un principe pas toujours appliqué. Location immobilière testée.

Franceinfo se fait passer pour un propriétaire voulant louer son bien .
Il impose des critères discriminatoires aux 12 agences parisiennes contactées. Cette enquête montre que la moitié accepte la requête raciste. L’autre moitié oppose un rappel poli à la loi.

Dans les agences pratiquant la discrimination, les agents rassurent les propriétaires. Leur demande ne serait ni choquante ni raciste. Les agences avouent même être habituée à ce genre de demandes.

Mais les agences ne manquent pas d’imagination pour discriminer sans être condamnées. Utilisation d’abréviations pour ne pas nommer directement les indésirables. Classification en numéro pour établir le degré de pureté ethnique des candidats.

Si ces comportements sont punissables par la loi, ils sont difficiles à prouver. Reste la méthode du testing qui est admise comme preuve par la justice.

Xavier Musashi

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Un juge pour répartir les 130000€ récoltés pour le boxeur de Policiers

Leetchi prend des gants et saisit la justice. De l’argent qui embarrasse. Sous l’œil de la Police.

Un ex-boxeur en train de marteler un CRS lors d’une manifestation de Gilets Jaunes. C’est l’image de ce 8e round du mouvement Parisien. Christophe Dettinger est interpellé et pour payer ses frais d’avocats, une cagnotte s’ouvre en ligne sur la plateforme Leetchi. Montant de la somme récoltée en 48 heures: 130 000€. De polémiques en réactions ulcérées, le site stoppe les dons pour des raisons « pratiques ».

Selon la loi, des dons ne peuvent servir à payer une amende ou une condamnation. Dans le cas présent, cela devait servir à payer les frais d’avocats.

Le 7 février, la plateforme Leetchi a saisi le tribunal « pour trancher un litige concernant le bien-fondé ou non du versement des sommes récoltées ».  

L’organisateur de la cagnotte avait demandé que les sommes récoltées soient versées sur le compte personnel de la compagne du boxeur et non plus sur leur compte joint.

Une affaire qui nécessite encore une certaine mise « aux poings ».

Jean

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire