L’amarante : la plante rebelle fait trembler le géant Monsanto et ses OGM

Dans les cultures de l’Arkansas, l’amarante est une survivante. La dernière à résister aux herbicides. Qui est cette plante qui fait trembler Monsanto ?

L’amarante, les paysans l’appellent l’herbe à cochons. « Pigweed » a envahi les cultures de l’Arkansas. Dans ces plaines où poussent maïs, coton ou soja, c’est régime « OGM » depuis des années. La firme Monsanto y a converti les agriculteurs à une religion monothéiste : le Roundup Ready. L’herbicide détruit toutes les indésirables. Sauf l’amarante de Palmer. La vilaine a développé une résistance à la toute puissance chimique.

Une mauvaise herbe en train de faire vaciller la firme mondiale ? A l’origine, elle a nourri les civilisations Mayas, Aztèques ou Incas. Pourtant, elle ne ressemble pas à grand chose l’amarante. Mais elle pousse vite. Trop vite. La rebelle prend 5 cm par jour. Elle peut attendre 2 m de haut. Ses racines sont puissantes. Même les moissonneuses n’en viennent pas à bout. Les fortes chaleurs, la plante s’en accommode.Alors depuis l’été dernier, les agriculteurs de l’Arkansas voyagent dans le temps. Les pelles et les houes sont ressorties des fermes. Comme dans les années 60. Le paysan américain désherbe, à la puissance de ses muscles. Pour sauver les rendements dans ses champs. L’homme face à la rebelle. Le combat est inégal. La plante produit des dizaines de milliers de graines. Amaranthus Palmeri repousse tôt ou tard.

La loi de la nature est toujours la plus forte. L’homme l’avait oublié. Monsanto ne sait plus comment s’en dépêtrer. L’amarante est en train d’ouvrir les yeux des agriculteurs américains.  “Je pense qu’elle menace nos méthodes agricoles davantage que tout ce que j’ai pu voir durant les 30 années pendant lesquelles j’ai travaillé dans l’agriculture » explique Ken Smith, scientifique Université de l’Arkansas à Greenpeace.

La toute puissance de Monsanto vacille. Le géant a mis en place un programme pour venir à bout de la rebelle. Mais certains agriculteurs américains abandonnent déjà le tout transgénique. Ils sont peu nombreux encore. D’autres, diversifient leurs herbicides. Et achètent à la concurrence.

L’amarante prouve qu’en matière d’OGM, la stratégie du court terme n’est certainement pas la bonne. Il était une fois une mauvaise herbe qui donnait la leçon à l’homme.

Sophie

Publicités

A propos redigerweb

Rien à dire
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s