Le code de déontologie policière mis à mal sur les réseaux sociaux

Un policier épinglé par Rue 89 pour ses propos racistes sur Facebook. En toute illégalité, l’homme propose même la création de fichiers parallèles.  Aujourd’hui l’enquête est confiée à l’IGPN.  Au-delà du fait divers, que peut ou ne peut pas dire un policier?

Le Code de déontologie de la police nationale (CDPN) a été créé en 1986. Il pose le cadre du comportement des fonctionnaires de police pendant l’exercice de leur métier. Mais il est plus exigeant. Il stipule que le policier doit être exemplaire même en dehors de la profession  » afin de préserver la valeur d’honneur et de probité de l’institution ».

 L’article 7 du CDPN est clair. « Le policier a le respect absolu des personnes, quelles que soient leur nationalité ou leur origine, leurs conditions sociales ou convictions politiques ou religieuses ».  Ajoutez à cela l’exemplarité du respect de la loi ( article 11).  Difficile alors de justifier les propos du policier repris sur Rue 89 lorsqu’il critique les roms ou classe les ministres selon leur religion ou obédience. En France, l’incitation à la haine raciale est un délit. Proposer de supprimer tous les noirs et les arabes ou publier des photos-montage douteuses sur internet ne semble pas favoriser un climat d’entente cordiale entre les peuples. D’après le Code de déontologie, le policier doit être le premier à respecter la loi.

Quant à la violence verbale avec laquelle ledit policier parle des suspects, elle est en totale contradiction avec l’article 10 du même code. « Les personnes appréhendées (et à fortiori celles juste suspectes) ne doivent subir aucune violence ni aucun traitement inhumain ou dégradant. »  L’adjectif utilisé par le fonctionnaire incriminé ( « batards » ) est déjà dégradant.

Les dérapages verbaux des policiers ne sont pas nouveaux (cf le fameux « Faits divers » de Depardon des années 80).  Mais leur mise en ligne via les réseaux sociaux démultiplie leur gravité.  Le propos est désormais public. Avec toutes les conséquences qui peuvent rejaillir sur l’institution.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s