Un café suspendu, s’il vous plaît !

Plaisir d'offrir, joie de recevoir !

Plaisir d’offrir, joie de recevoir !

Tentez le café suspendu ! Un café pour vous et un café pour un inconnu. Une idée généreuse.

Chez Fred à Bordeaux ou Au café du coin à Paris, une nouvelle déco a vu le jour. Une guirlande de petits tickets de caisse chez l’un. Une ficelle au-dessus du bar chez l’autre. Ce sont des cafés suspendus. Vous imaginiez déjà des cafés pendus au plafond ? En attente ou en train de refroidir sur le comptoir. Pas du tout.

Un geste solidaire

Ce n’est ni une recette, ni un jeu, mais un geste solidaire. L’idée est d’offrir un café à son prochain. Inconnu et si possible dans le besoin. Isabelle entre dans son café Chez Fred : « Bonjour tout le monde, cinq cafés s’il vous plaît ! Un pour moi et quatre en attente ». Elle ne boit qu’un seul expresso. Elle paye les cinq et laisse les quatre autres ‘suspendus’ pour un inconnu. Le prochain client pourra en bénéficier gratuitement. Mais quelques critères s’imposent : avoir l’air pauvre, être un SDF et être connu du patron. « Cette idée me plaît. Je ne sais pas à qui le barman servira les cafés. Mais je préfère donner un café que de l’argent à un SDF assis dans la rue », dit Isabelle.

Baguettes suspendues

Le concept s’est étendu à quelques boulangeries. A Beauvais, le boulanger accepte les baguettes suspendues. « Certains ne peuvent s’acheter un sandwich ou du pain. Ils me laissaient une ardoise. Maintenant, ils  repartent avec le réconfort de savoir que quelqu’un leur a offert ». Mais pour l’instant, le concept n’attire pas beaucoup le public visé. Par ignorance ou par manque d’audace. « Nos SDF, ils restent discrets. Ils osent pousser la porte mais ils ne s’éternisent pas », précise un serveur. Au Café du coin à Paris, José s’attable sur la terrasse, malgré le froid. Grâce à la générosité de quelques clients : « ça réchauffe. Je me sens un peu normal ».

Une idée qui voyage

L’idée du café suspendu, sospeso (en attente, en italien) est née à Naples. Elle a fait le tour du monde grâce à Facebook. Les Espagnols, les Russes, les Canadiens et même les Costaricains se sont lancés dans le mouvement. A Saint Amand-Montrond (Cher), un bar n’a récolté que quelques euros en deux semaines. N’empêche, les Belges eux aussi, ont adapté cette idée : elle s’appelle « la frite suspendue ».

Un café suspendu à Saint Amand-Montrond, une idée qui se développe

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s