Casamance : Un reboisement de mangrove spectaculaire

Au sud du Sénégal, la Casamance a mis en place le plus grand chantier de reboisement de mangrove au monde. En 10 ans, 200 millions de graines de palétuviers ont été plantées. Tous les enfants,  femmes et  hommes des villages de la région y participent. A l’origine du projet, une association écologiste « L’Oceanium » qui a réussi à mobiliser la population par une communication efficace et une logistique sans faille.


infobulle appelée texte alternatif

Il est 6h du matin à Tendouk, au nord de la Casamance. Nous sommes début septembre et la moiteur de l’atmosphère est étouffante. Il fait déjà 30°C et toute la nuit dernière, la pluie n’a cessé de tomber sur le village. La terre humide remplit l’air d’une odeur de vase et d’herbe. Des jeunes sénégalais, filles et garçons, marchent des seaux à la main sur un chemin de boue. Ils transportent une sorte de grands haricots verts. Ce sont des graines de palétutiers.

La période des pluies est propice pour planter

La période des pluies est la plus propice en Afrique pour planter. Le mil, le sorgho, le riz bien sur. Mais aussi les graines de palétuviers, ces arbres qui forment la mangrove. C’est un écosystème indispensable aux animaux et aux hommes dans les zones humides.  » La mangrove régule la salinité de l’eau dans les deltas et permet donc la riziculture. C’est une zone où les poissons sont nombreux. le bois du palétuvier est très utile dans la vie quotidienne des villageois » nous explique Haïdar El Ali, président de l’ONG écologiste « L’Oceanium« .

Ces trente dernières années, en Casamance et dans le monde, ce type de forêt souffre d’une dangereuse déforestation.

L’Organisation non-gouvernementale sénégalaise « L’Océnium » a décidé en 2005 de prendre le problème à bras le corps. L’ONG a commencé à sensibliser les populations par des films projetés dans les villages. Elle a réuni pendant des semaines les représentants des villages pour prendre en compte leurs besoins et les problèmes liés à cette déforestation. « Sous l’arbre à palabres, les discussions ont été souvent houleuses, mais avec les populations, ensemble, nous avons défini un plan de bataille. Et avec eux nous avons travaillé main dans la main pour reboiser » souligne Haidar El Ali.

Nous le faisons pour nos parents ! Pour notre futur !

Et c’est ainsi que 10 ans plus tard, sous un soleil de plomb, nous sommes avec cette cinquantaine de jeunes de Tendouk, les pieds dans la vase. Dans un endroit, où en 10 ans, 10 hectares de mangrove ont disparu. Dans cette boue, on s’enfonce jusqu’aux genoux et à chaque pas, il faut faire un gros effort pour s’en extirper. Ce n’est pas un problème pour les casamancais qui  plantent les graines de palétuviers tout en chantant. Au final, en 2 heures, 50 000 graines vont être plantés. Un record ! « Nous le faisons pour nos parents !Pour notre futur ! Ces graines donneront des arbres. Cela va faire revenir les poissons et nous pourrons de nouveau récolter le riz » nous raconte Elise, une lycéenne de 15 ans.

Dans tous les villages de Casamance désormais, à chaque saison des pluies, 500 000 personnes se mobilisent pour reboiser la mangrove. Là où elle a été dévastée. Dix ans d’efforts qui portent leurs fruits. 200 milions de graines de palétuviers ont été plantés. Et cette dynamique pourrait très facilement être reproductible dans d’autres pays d’Afrique.

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s