Quitter Paris pour une autre vie… un pari parfois hasardeux

Elle regarde pensivement quelques photos sur son iPhone, petit sourire aux lèvres. Ce sont des photos de Paris à la tombée de la nuit. Quartier Hôtel de Ville, le bâtiment est déjà illuminé. Il doit être 6 heures du soir. Plus tard, elle dira « cela me fait penser à un tableau de Van Gogh toutes ces teintes… » 

Le 10 janvier 2012, Marine quitte Paris, sa décision est prise, le déménagement effectué. 6 ans de vie trépidante dans cette ville sans cesse en mouvement pour rejoindre Limoges bourgade du centre de la France, belle région chaleureuse… et calme.

Marine sait pourtant que Paris va lui manquer. Ses amis, ce bouillonnement culturel, le bruit, la circulation… Aujourd’hui, elle qualifie tout çà de « bonnes vibrations ».

Comment cette femme qui paraît si sûre d’elle tombe le masque dès qu’il s’agit de conter cet événement marquant ? La décision semblait pourtant mûrement réfléchie : quitter une rédaction tendance hystérique, où la compétition entre journalistes était érigée en sport national… pour retrouver son métier : rencontrer et raconter les gens, la vraie vie.

« J’ouvrais une page blanche » dit-elle avec conviction, consciente et réfléchie. « Je me suis jetée dans le vide » précise-t-elle, laissant entrevoir le gouffre dans lequel elle a plongé. Ses yeux se lèvent vers le haut, comme pour rechercher dans sa mémoire les sensations d’alors. « Je l’envisageais ce manque, c’était de la nostalgie prémonitoire ».

Limoges, c’était son choix, mais c’était autre chose, elle le savait déjà, elle le pressentait. Elle découvre une petite ville de province, avec ses codes. Des gens discrets, authentiques, mais qui vivent entre eux. Rien d’ouvert à 7 heures du soir. Et un boulot à France 3 envahissant, qui vous laisse épuisée.

Ce retour à Paris aujourd’hui, lui fait prendre conscience de ce qu’elle était ici il y a 3 ans: enjouée, rieuse, frivole.

Il reste quelques photos au fond de iPhone, jamais effacées. Traces d’un moment important dans une vie. Son regard s’attarde sur les instantanés, mélancolique.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s