Survivre sans boire dans le désert, c’est possible

Angle : Comment compenser le manque d’eau dans le désert ?

Pour compenser le manque d’eau dans le désert, il existe plusieurs techniques.

La première repose sur le bon sens : éviter la déshydratation en restant à l’ombre, au repos et les membres couverts. Sous des températures extrêmes, le corps nécessite pas moins de 9 à 14 litres d’eau par jour, il est donc capital d’empêcher l’évaporation en réduisant les efforts et l’exposition à la chaleur.

On peut également chercher à remplacer l’eau par un autre liquide. Premier réflexe : boire son urine. Malgré l’aspect peu ragoûtant, cette technique est inoffensive à condition de boire sa propre urine. Les bactéries contenues présentent en effet un risque non-négligeable s’il fallait en faire profiter son voisin.

Autre possibilité : trouver les fruits du désert. La courge sauvage (désert du Sahara), ou le gros cactus-baril (déserts américains) contiennent un jus qui fera parfaitement l’affaire. Récupérer la rosée du matin en essuyant les pierres avec un linge permet également d’extraire jusqu’à 1 litre d’eau par heure. Enfin, s’alimenter c’est s’hydrater. C’est ce qu’a prouvé récemment un Australien qui a survécu six jours dans le Bush en avalant des fourmis. L’apport nutritif de ces insectes a évité au malheureux de mourir totalement de faim et de soif, même s’il s’en est fallu de peu.

Edwige

 

VERSION COURTE :

Plusieurs techniques existent pour survivre sans eau dans le désert. Pour éviter la déshydratation, on reste à l’ombre, les membres couverts. Le corps nécessite entre 9 et 14 litres d’eau par jour. Il faut donc empêcher l’évaporation en réduisant les efforts. On peut également chercher à remplacer l’eau par un autre liquide. Premier réflexe : boire son urine. Malgré l’aspect peu ragoûtant, cette technique est inoffensive. A condition de boire sa propre urine. Nos bactéries présentant un risque pour autrui. Autre possibilité : trouver les fruits du désert. Les jus de la courge sauvage, du cactus-baril feront parfaitement l’affaire. Récupérer la rosée permet également d’extraire 1 litre d’eau par heure. Enfin, s’alimenter c’est s’hydrater. Récemment un Australien a survécu dans le Bush en avalant des fourmis. Il a tenu 6 jours. L’apport nutritif des insectes lui a évité le pire. Même s’il s’en est fallu de peu.

Edwige

CHAPEAU

Comment survivre dans le désert sans eau ?

Des solutions alternatives existent.

Liquides et solides.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s