Au jour 3 d’une formation : ressenti d’un stagiaire à l’heure de la sieste

Au troisième jour d’une formation, quel peut être le ressenti d’un journaliste stagiaire venu chercher des clés pour écrire sur un support nouveau : le web?
Au delà des clés, des techniques et des modes d’emploi de l’internet, une formation pourrait donc générer un ressenti chez la personne en quête de savoir.
Quel ressenti? quels sentiments? 

Le questionnement est venu du formateur, pas de moi. Je suis stagiaire, ignorant de la chose, venu chercher les outils et les conseils pour une prendre part, si minuscule soit-elle, au marché mondial de l’information.
Au grand néant du début, ont succédé des petits points. Des  points techniques, journalistiques, sémantiques,…..qu’il faut maintenant relier les uns aux autres.
D’autres points vont venir dans les prochains jours. Qu’il faudra également intégrer dans le schéma global.

De jolies perspectives se dessinent au loin. Celles de pouvoir dire son mot. Parce que tout le monde  a son mot à dire. Reste à bien l’écrire pour bien le dire et finalement intéresser celui ou celle qui le lira.
Pour cela, je sens que j’ai besoin de digérer. Pas ce que je viens de manger, mais ce que je viens de vivre depuis trois jours. Des rencontres, des échanges, des phrases-clés, des histoires, des exercices, des écritures, des lectures. Tout cela, je l’ai dans la tête mais aussi dans l’estomac et la digestion s’annonce sympathique puisque j’ai tout le weekend pour l’accomplir.

Je sens qu’à l’issue de cette digestion, l’appétit sera là. J’ignore si le métier tel que je l’exerce actuellement et depuis plus de 20 ans me séduira encore autant, tant je sens qu’accéder activement à ce nouveau support qu’est internet ouvre des perspectives inouïes et infinies.
J’ai sans doute pris du retard à le rejoindre, mais peu importe, ce champ d’expression n’a pas de limite. Sauf les miennes. La formation est pour moi l’excellent occasion de ralentir voire de m’arrêter pour écouter et les rencontres qu’elle occasionne en enrichissent les bienfaits.

Comme il n’est de meilleure digestion que durant la sieste, je ressens le besoin d’un vrai bon  »somme » pour assimiler tous les bons petits plats goûtés en trois jours.

A lundi

Christophe

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s