Moi, Damien R., en formation un vendredi à Paris

14h00 – La formation sur l’écriture web vient de reprendre. 3ème jour déjà sur le banc de l’école. Depuis mercredi, je suis à Paris pour apprendre à rédiger sur le net. Moi ? Je suis Damien R. journaliste reporter d’images dans une rédaction régionale de France 3. Mon métier, c’est écrire avec des images pas avec des mots. Alors l’écriture pour le web, oui, c’est difficile.

Depuis 3 jours, pas facile de trouver les mots justes et, parfois même, juste des mots. Depuis 3 jours, dans ma tête, les idées vont et viennent, à droite à gauche, en haut, en bas. Le formateur Martin B. sait pourtant y faire. Il distille les informations, je tente de les ingurgiter. Un déclic, des mots qui s’assemblent, une phrase que je tape sur le clavier. Un, deux, trois exercices et autant d’articles que je finis par écrire. « Cet après-midi, a-t-il dit ce matin, on va s’amuser ! » C’est surprenant comme une phrase peut vous paraître aussi agréable qu’inquiétante. Je ne suis pas là pour m’amuser mais pour apprendre. Que va-t-il nous demander ?

14h06 – l’énoncée est annoncée : « qu’est ce je ressens ici et maintenant ? ». Me voici assis devant mon ordinateur, les doigts encore graisseux par le plat pakistanais mangé une demi-heure avant. Puis je me lance. Je suis pourtant peu inspiré par le sujet. Parler de moi sur une page internet, c’est exactement ce que je ne veux pas faire. Mon métier, c’est de parler de la vie des autres, de leur passion, de leurs aventures, de ce qu’ils font ou de ce qu’ils ne font pas.

Tiens ! Il aurait pu me demander de parler de mon voisin. Christophe F., l’inverse de moi. Lui est grand, moi vous l’aurez compris, je ne dépasse pas le mètre 69. Il écrit des paragraphes quand, moi, je finis tout juste d’ajouter un complément aux sujet et verbe que j’ai extirpé de mon cerveau. Je l’entends tapoter sur son clavier. Qu’écrit-il ? Un article ? Une page ? Un livre ?

Je me reconcentre sur l’article de mon écran. Un rien me déconcentre. Là, c’est le sourire de la collègue d’en face. Ici, c’est « brouillon enregistré » qui inscrit heures, minutes, secondes sur le bas de mon écran et se met à jour sans cesse.

14 heures 50 minutes 22 secondes. Déjà ! Je finis par trouver le temps long. J’ai pourtant réussir à écrire plus d’une phrase. Moi qui doutais de mon inspiration. Un moment de satisfaction.

La sirène des pompiers qui passent au pied de l’immeuble, couvre la dactylographie des confrères. Des klaxons au loin et Paris refait surface dans ma tête. On est vendredi après-midi. « Paris semaine » va laisser place à « Paris week-end ».

L’exercice va se terminer, la formation « écriture pour le web, niveau 1 » se clôturer.

17h – Métro puis Gare Montparnasse. Moi, Damien R., je prends le train du retour et quitte Paris.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s