Adèle : « Hello », la voix d’un cœur qui a du mal à battre tout seul

Au départ une question, un embarras, un coup de fil qui dérange. Une forme interrogative. Elle est dans ses petits souliers. Elle ne sait pas si elle tombe bien. N’empêche qu’elle dit ce qu’elle a a dire. C’est sûrement des mots tendres, peut-être des mots d’amour. A qui ? Personne ne sait. A son ex, à son père, à son enfant ? Peu importe.

Peut-être qu’au bout du fil, c’est le silence. Peut-être qu’elle parle dans le vide. Alors elle se met en colère.

Et après la colère et, peut-être l’absence de réaction, c’est le temps de l’abattement. « A quoi ça sert de l’avoir appelé ? ». Elle va en rester là, après cette parenthèse, cette tentative de connexion. Elle va se taire et retourner dans son quotidien.

Deux chansons qui viennent à l’esprit : « Ne me quitte pas » de Jacques Brel et « J’veux pas qu’tu t’en ailles » de Michel Jonasz. Deux traitements pour une même histoire, une histoire regrettable mais une histoire impossible. Une histoire universelle. Qu’importe les mots ou la langue. Chacun a passé ce genre de coup de fil.

François

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s