Le baptême en Montgolfière de Nathalie à Chamblay

Nathalie n’en croit pas ses yeux ! elle flotte dans les airs, embarquée dans la nacelle d’une Montgolfière. C’est à l’occasion du Mondial air ballon de Chamblay, où l’éditrice web a été envoyée pour couvrir l’événement, que cette chance unique s’est présentée. Elle l’a saisi au vol et se retrouve à bord avec deux professionnels. Elle a de la chance, ce sont des passionnés, un couple d’anglais, Ian et son mari.  Très vite, elle comprend qu’elle doit laisser son sentiment d’appréhension entremêlée d’émerveillement de coté, pour donner un coup de main. Car faire décoller la nacelle n’est pas une mince affaire. faire en sorte que le ballon prenne son envol est une vraie technique. Cette activité pratiquée par les aérostiers est exigeante et dépend des conditions climatiques.

 

Un envol qui peut être chaotique

Il est tôt le matin. le ciel est dégagé. Le vent est là, suffisamment. Il ne faut pas louper l’envol. car le départ c’est presque tout un art. La préparation au sol est primordiale. Nathalie assiste au gonflement de la toile à l’aide d’un brûleur et d’un ventilateur. Le ballon et la nacelle sont pour l’instant retenus au sol par une corde attachée au pare choc d’une voiture. Une fois l’enveloppe suffisamment gonflée, la nacelle se déplie lentement, tient debout sur le sol, vite, pas de temps à perdre, Nathalie suit la pilote et son coéquipier et monte à bord.

Le vol : une bulle de liberté

Au gré du vent, et en fonction des courants d’air, la pilote continuer d’envoyer un souffle chaud dans le ballon pour le faire monter toujours un peu plus haut.  Attention, la Montgolfière ne doit pas frôler les centaines d’autres qui s’élèvent dans le ciel. Très observatrice, Nathalie remarque que l’enveloppe est fragile. Yan doit être précise dans ses gestes surtout avec deux bouteilles de gaz. Pendant ce vol de 20 minutes, Nathalie éprouve une délicieuse sensation de liberté. elle se sent légère, comme une bulle de Perrier. De la haut, elle s’amuse à contempler les petits villages et les étangs de cette région qu’elle affectionne tant. Et puis, elle se décide enfin à sortir l’appareil photo et prend quelques clichés.

Une arrivée, imprévisible

L’heure de atterrissage a bientôt sonné. Nathalie s’attend à tout car elle a compris qu’il pouvait être imprévisible.  Il va falloir s’accrocher. Yan, la pilote a déjà amorcé la descente en vidant progressivement puis complètement l’enveloppe de la Montgolfière. La descente se fait par rebond successif sur plusieurs mètres. mais Nathalie est vite soulagée. Grâce au talent d’Yan qui prépare l’atterrissage équipée d’un téléphone satellitaire, une sorte de GPS, la nacelle finit par se poser au sol, aussi délicatement qu’une plume. Le 4/4 chargé de rejoindre le ballon, appelé le retrouving, les attend au sol pour aider le trio. ce n’est pas complètement terminé. il faut replier et ranger le matériel dans la remorque.

Nathalie, qui avait pourtant déjà tenté un vol en  deltaplane et un saut  en parachute, n’oubliera jamais ce baptême de l’air en Montgolfière. Elle a d’ailleurs renouvelé l’expérience à plusieurs reprises.  Ce rassemblement  international de Montgolfière a lieu chaque année à l’aérodrome de Chamblay, sur une ancienne base militaire. L’an dernier, Nathalie a cette fois partagé ce moment unique avec Thérèse,70 ans,  sa maman.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s