Plonger sans respirer une idée pas si folle

Tout corps plongé dans ……  vous connaissez la suite , mais ce que vous ne savez pas c’est le ressenti d’un homme qui se retrouve   volontairement au fond de l’océan, une descente programmée sans autre air que celui qui se trouve dans ses poumons.

Guillaume fait partie de ceux qui  mène  un double défi contre ses limites et l’inconnue des profondeurs.

quand il raconte sa plongée de trois minutes trente  tout parait simple l’homme est calme, son discours modeste et pédagogique. Des mots  simples qui nous transporte avec lui dans le grand bleu.

Tout se passe entres deux inspirations la dernière avant de plonger avec comme seul  guide une corde  et la première quand il remonte.

Il nous explique qu’une technique lui permet de stocker 10 litres d’air dans ses poumons,

Que l’être humain même si il est moins doué se sert comme les mammifères  marins d’un mécanisme naturel. Celui ci  permet d’alimenter en oxygène les organes nobles (Cœur Cerveaux poumons).

La descente se poursuit la pression écrase les poumons à partir de 30 mètres il ne se  sert plus de ses palmes, il est aspiré vers fond et comme il dit  « J’ai l’impression de voler  »

un vol  vers le bas tout en dessous ou un spectacle à nul autre pareil l’attend.

On se rapproche vers 50 60 mètres les poumons  sont soumis a rude épreuve

mais la aussi le corps va les protéger naturellement .

Au fur et à mesure que les mètres défilent la pression augmente là encore

l’organisme s’adapte contre cette situation hors-norme.

Et puis arrive le chiffre cent une barrière mythique  longtemps considéré comme un seuil limite, infranchissable. Mais depuis que jacques Mayol a montré la voie les plongeurs vont plus bas beaucoup plus bas .

guillaume  Néry va descendre jusqu’à 123 mètres. et battre le record mondial.

Le fond se rapproche, peu à peu et puis la  distance est atteinte

« Il fait froid indique guillaume Néry la pression est treize fois plus importante qu’en surface, pourtant je ressens  un bien être, je n’ai pas envie de respirer,

je lâche prise  »

le plongeur nous dit qu’il se sent humble devant l’immensité , un petit point de poussière dans l’immensité. Il évoque cette photo prise de la terre  depuis un satellite ou notre planète  n’est qu’un petit point bleu dans l’univers.  cette petite bille c’est lui  dit -il »ce qui est impressionnant et on  ne retrouve   nul part ailleurs cette sensation c’est que partout ou l’on regarde on a la même vision. je ne suis rien dans ce grand tout »

Mais l’homme doit retrouver sa place  tout la haut,  guillaume doit donc faire un effort colossal pour commencer a remonter, palmer plus fort pour se soustraire à l’apiration du fond

un chemin inverse qui lui réserve des pièges. Et cela commence par  l’ivresse des profondeurs, un phénomène du à  la toxicité de l’azote dans le sang du plongeur.

Celui perd peu à peu ses repères mais il ne doit rien faire et attendre que cela passe.

« Surtout ne pas paniquer , car j’ai envie de respirer   ne jamais regarder vers la surface , quand j’atteins 30 mètres  j’ aperçois mes anges  gardiens et un bonheur m’irradie »

les anges gardiens sont des apnéistes qui travaillent avec guillaume ils viennent l’escorter   pour lui porter secours en cas de problème car il s’agit d’un moment délicat.

enfin  la surface

une renaissance,le plongeur retrouve tous ses sens d’un coup sans palier cette fois, si cette première respiration irradie tout son être, fini la douceur et le silence de l’eau

Place au vent qui gifle, au bruit un retour brutal dans un monde qui est le mien.Mais ce n’est pas fini ,   en 1o secondes pour montrer que tout va  bien Guillaume doit encore  retirer son pince nez  et dire au juge  que tout va bien

I, am OK  leur dit il et son record est validé.

Alors si  plongez sans respirer peut poser question,  cela apporte aussi  des réponses.

Contrôler sa respiration c’est savoir rester maître de ses émotions, face au stress.

Mais au fait qu’est ce qui pousse guillaume a plonger « L’apnée c’est une chance de goûter à l’apesanteur, un tête à tête avec son corps et son esprit selon lui »

Finalement pour l’homme c’est également  une espèce de retour aux sources une plongée dans ses origines le milieu aquatique

 

Jean-philippe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s