Voyage à bout de souffle dans les profondeurs de l’océan

Angle : Quelles sont les sensations et les émotions de Guillaume Néry lors de sa descente en apnée ?

10, 9, 8….

Dans quelques secondes, Guillaume Néry va tenter de battre son record national.

7, 6, 5…

L’apnéiste français s’apprête à descendre à 123 mètres de profondeur en 3 minutes et 25 secondes.

4, 3, 2, 1… Top !

Guillaume Néry s’enfonce alors dans les ténèbres des profondeurs. « Un voyage entre deux inspirations », comme il aime le décrire. « Un voyage dans l’inconnu (…) un voyage intérieur. ».

 

Voyage dans l’inconnu…

Son regard est dans le vague, sa concentration est maximale et son mental d’acier. Avant le grand saut (dans l’inconnu),  Guillaume Néry prend une dernière inspiration. « Lente, profonde et intense », confie le jeune homme. Ce sera la dernière avant 3 minutes et 25 secondes. Une grande bouffée d’oxygène essentielle. Le sportif dispose d’une réserve d’air de 10 litres. Pas plus. L’apnéiste est maintenant armé pour débuter son voyage dans les profondeurs.

5 mètres, 10 mètres, 15 mètres…

Guillaume Néry s’enfonce dans le bleu. Sa descente est rapide. Comme l’arrivée des premières sensations. Immédiatement, le rythme cardiaque du plongeur chute, la pression écrase ses poumons et le flux sanguin quitte les extrémités de son corps pour se loger dans les organes les plus nobles comme le cœur et le cerveau.  « C’est un mécanisme inné, commun à celui des mammifères marins. », explique le sportif.

30 mètres, 40 mètres…

A ce stade, le corps est de plus en plus lourd comme  aspiré par le fond, happé par les profondeurs. L’apnéiste n’a plus besoin de palmer.  « J’ai alors cette sensation extraordinaire de  voler sous l’eau. », dit-il avec un grand sourire.

La chute vertigineuse se poursuit à 60 mètres, puis à 80 mètres. D’un coup, les sensations de bien-être laissent place à une pression de plus en plus forte. Une oppression physique contre laquelle il ne faut surtout pas lutter. Au risque d’y perdre la vie. « La nature est plus forte. J’accepte cette pression, je me laisse faire  et je lâche prise complètement», explique-t-il.

100 mètres… « Un chiffre mythique, qui fait rêver tous les apnéistes »

 

Les 100 mètres sont atteints. Guillaume Néry a franchi un nouveau palier. Palier, jugé dans les années 70, comme une  limite à ne pas franchir pour le corps humain. Mais Jacques Maillol a contredit les plus grands scientifiques.

123 mètres…

Le record est atteint. « Je suis tout seul, il n’y a plus de lumière, le froid est glacial. Et pourtant je ressens un bien-être extraordinaire… ». Guillaume Néry est paisible. Il flotte. Comme en apesanteur. Autour de lui,  la vision est uniforme, le bleu infini… « Je suis alors un petit point bleu qui flotte au milieu du Cosmos. », confie-t-il.

 

Retour sur terre

Le nageur entame alors son retour sur terre. La remontée nécessite un effort colossal. Car les fonds marins l’attirent comme un aimant. Il doit palmer deux fois plus fort. Et lutter contre son esprit qui se brouille. Il ne contrôle plus rien.

70 mètres…

L’envie de respirer devient obsessionnelle. Le retour à la  surface aussi. A ce moment précis, le sportif ne doit pas perdre pied, ne pas tomber dans la panique. Au risque de s’enfoncer à tout jamais. « La corde est le lien qui me ramène à la surface ».

« La délivrance »

A 30 mètres… La solitude des fonds marins est derrière lui. Guillaume Néry aperçoit enfin une présence humaine. La silhouette d’autres apnéistes apparaît. « Ces anges gardiens », comme il les surnomme, l’accompagnent dans sa remontée. Sans eux, l’aventure des profondeurs serait impossible.

5 mètres…

Guillaume Néry sort enfin la tête de l’eau. Sa première inspiration est une délivrance.  Ses poumons se déploient à nouveau. Un instant magique. Un traumatisme aussi. De l’obscurité à la lumière, le retour est brutal. En quelques secondes, l’apnéiste doit revenir à lui.  15 secondes pour indiquer aux juges qui lui font face, que tout est OK. Le carton blanc des juges est levé. L’apnéiste explose de joie.  Il détient un nouveau record.

 

Bénédicte

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s