Crottes de pigeon à Paris: je chute à trottinette sur le trottoir glissant

 Je chute à trottinette sur le trottoir. Un attentat à ma conduite. Pigeon de crotte!

Ma trottinette lit mon karma. Elle me l’a fait payer ce matin. Je poussais gaiement sur le trottoir pour rejoindre ma station de métro. Ça filait, j’allais être en avance au boulot. Il y a des jours, comme ça, où j’aime que tout aille vite. Surtout après avoir fait la marmotte quand le réveil a sonné. Parce que ce matin sous la couette, j’étais plus fort que tout. J’avais décidé : c’est moi qui commande. Même le temps ! Je l’ai pris, le temps, à ma guise, avec un luxe d’insouciance. Jusqu’à oublier mon petit déjeuner en lisant des conneries sur Facebook, assis sur la cuvette des toilettes pendant 30mn.

Alors après, j’ai couru. Habillé en 4e vitesse après la douche. Pas rasé, pas mangé, je fonce sur le trottoir sur ma trottinette. Elle permet de doubler tous ces piétons qui agitent leurs petites pattes. Tous ces Parisiens stressés, ils ne pensent pas à s’équiper de roues.

A l’horizon sur le trottoir, sous un pont, une petite mamie boiteuse fait l’escargot avec sa canne. Et à sa droite, un papi s’arrête face au mur pour pisser. Il ne va quand même pas faire sa pause technique comme ça, devant moi ? Ah non, il essaie juste de rattacher le zip de son blouson. Lentement, surtout, hein. Te presse pas, le vioque, j’arrive à fond ! Et la mamie qui traîne au milieu du trottoir. On t’a jamais appris que la voie de gauche, c’est pour doubler ? Dans mon sublime esprit de Parisien-plus-vite-que-tout-le-monde, j’ai même eu le temps de formuler une vague pensée. Du style : fais chier, la vieille !

Je crois que c’est là que mon karma s’est joué. A moins de cinq mètres des deux poireaux, j’arrive comme Ayrton Senna. Forcé de les éviter, j’entame une boucle par la gauche. Maintenant, il faut jouer le film au ralenti parce que tout se passe à toute vitesse.

Devant deux poireaux, une pelle à trottinette me rends pigeon prudent.

Au-dessus, le pont. Sous le pont, des abris  pigeons. Sur le trottoir, le pilote de Formule 1 sur sa trottinette. Et juste devant, au sol, des crottes de pigeon luisent dans les flaques d’eau. A ma droite, mamie-poireau et papi-poireau. Ici, tout l’univers se ligue contre moi pour que j’y paie mon karma. Regardez. A l’endroit où j’ai pensé « fais chier, la vieille ! », le pont cache les rayons du soleil. Sous son ombre, le trottoir n’a pas séché. Puis les pigeons ont largué leurs fientes blanches exactement sur ma trajectoire, en stratégie de groupe. Puis la mamie est placée là pour me déporter vers la gauche. Aidée par son complice, ils me bouchent la ligne droite. L’eau veille à garder les fientes bien fraîches, bien luisantes. Même ma roue prend part au complot. C’est elle qui me trahit le plus, la chienne! Elle dérape. C’est un attentat. Mon art du pilotage sur trottoir est saboté. Je vous jure, Ayrton Senna n’aurait pas rattrapé sa voiture. Et ma paisible splendeur s’étale de tout son long sur le trottoir dégueulasse.

Constat : J’ai mal au coude. Je fais le costaud devant la mamie toute gentille : « Ça va monsieur, vous vous êtes fait mal ? Non, vous êtes sûr ? Faites attention à vous, hein ! » Et moi, pouce en sang, coude en poireau, cerveau en fiente de pigeon, je continue de vouloir faire illusion : ça va, merci madame.
Mon ego est nul, comme airbag. La prochaine fois, je viendrai sans trottinette à Paris. Et je gigoterai mes petites pattes sur le trottoir.
Martin

Publicités
Cet article a été publié dans billet d'humeur, Journalisme, rédiger sur le web, stage d'écriture. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s