Le Web et la télé, une cohabitation délicate.

Les cellules web ont fleuri ces dernières années au sein des rédactions de France 3.  De petits groupes constitués de journalistes chargés d’alimenter en actu les pages internet des sites régionaux. Deux types de  médias cohabitent désormais dans  les différentes stations de la chaîne. Un changement d’habitude professionnelle diversement apprécié.

Désormais  il y a ceux qui en sont, et ceux qui n’en sont pas. Les journalistes, techniciens, documentalistes, qui avaient de l’intérêt personnel pour les nouvelles technologies sont les premiers à s’y être investis. Le web ou la possibilité de diversifier son activité, d’explorer de nouveaux horizons, de participer à une aventure technologique en marge de la télé. En marge justement et c’est bien ce qui dérange notamment ceux qui ne participent pas à l’élaboration des pages.

Dans la rédaction où je travaille par exemple, les personnes qui travaillent sur le web ne participent pas aux conférences de rédaction (ou alors très rarement). Ils fonctionnent de manière  autonome, choisissent généralement de traiter tel ou tel sujet sur la base d’un buzz…  sans forcément en discuter avec leurs collègues qui  sont sur le terrain.

Bien souvent, les textes des articles qui accompagnent les reportages mis en lien sont constitués des commentaires des sujets, repris in extenso sans correction ou amélioration. Les journalistes qui ne travaillent « que » pour la télé ont parfois l’impression d’être dépossédés de leur travail.

S’il n’y a pas à proprement parler de concurrence entre les deux entités, de nombreux malentendus se sont instaurés. Essentiellement par manque de dialogue.  On prête aux uns un dédain de la télé, considérée comme une vieille dame au à bout de souffle et aux autres une détestation de cette culture du zapping, du jeunisme…

Rien ne pousse malheureusement les uns et les autres à collaborer efficacement. Si une équipe envoie une photo destinée au web depuis le terrain elle ne saura jamais si ladite photo sera publiée. Jamais de commentaire en retour. Le constat est le même lorsque l’éditeur ou le journaliste en charge du web met particulièrement un sujet en valeur sur le site. Il ne doit rien attendre de l’équipe de tournage.

Les équipes qui travaillent pourtant dans un même intérêt, celui de satisfaire le public ne communiquent pas, principalement par manque de temps…par manque de moyens aussi. Car les cellules web se sont en quelque sorte greffées sur les rédactions.
Elles ont été confiées à des personnels qui n’ont, la plupart du temps, pas été remplacés. Et qui ne sont pas tous journalistes. Un contentieux qui mettra probablement du temps à s’effacer.

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s