Sur mon kayak, j’aime m’éclater en rivière avec mes amis

Le kayak, c’est avant tout de l’adrénaline en pleine nature, et de bons moments partagés entre amis.

Il y a 4 ans, j’habitais près d’un club à Poitiers. Les kayakistes s’entraînaient près d’une énorme vanne dont le débit était impressionnant aux abords d’un moulin sur la rivière. L’envie d’aller les rejoindre et la peur de me jeter dans le bouillon sans maîtriser mon bateau me tiraillaient.

Mon premier entraînement a eu lieu en Février. En 30 minutes, je me suis retourné 3 fois et suis sorti de l’eau  frigorifié. Heureusement, le groupe a fait preuve de pédagogie avec moi et m’a rapidement intégré. Peu à peu, j’ai appris à contrôler mon bateau dans le courant,  à m’arrêter derrière les rochers ou faire des reprises pour repartir. Le plaisir d’être en contact direct avec la nature, et de partager apéritifs et barbecues avec des sportifs de professions ou d’âges différents.

En Kayak, il est interdit d’aller seul dans les rapides, mais les balades en eaux calmes sont autorisées. Alors je me suis surpris à partir seul en pleine nature pendant des heures sur le rivière pour décompresser d’un métier parfois stressant. J’aime contempler la nature qui s’éveille au printemps, croiser des pêcheurs en été ou regarder les feuilles tomber en Automne. Je crois que c’est un vrai privilège, tellement apaisant.

En 2012, j’ai quitté Poitiers pour Limoges. Là, j’ai ressenti un vide et l’envie de retrouver la rivière a été le plus fort. Chaque Samedi, je descend la Vienne  avec un nouveau club. Quelques kilomètres d’eaux calmes pour bien échauffer les épaules avant de descendre deux digues et d’entamer les rapides. Cette portion de la Vienne, je la connais par cœur mais n’arrive pas à m’en lasser.  La rivière change chaque semaine en fonction de la pluie ou des lâchers de barrage. Le parcours se termine par une énorme vague que je parviens parfois à surfer. Un monstre d’eau que les meilleurs arrivent à dompter. C’est là que l’on teste son habileté avec la bateau, et honnêtement je dois encore progresser.

Mais le plaisir de retrouver ceux qui sont devenus mes amis me pousse à retourner au club même en plein hiver où chaque entraînement se termine autour d’un verre et d’une bonne tranche de 4 Quart.

franck

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s