Balade à vélo : un sentiment de légèreté et de liberté retrouvée

Après plusieurs mois, je remonte en selle. Je savoure cet instant inespéré. Je suis heureuse. 

Le cœur léger, je peux aller où bon me semble. Tandis que je pédale, je suis heureuse. Le mot peut sembler fort pour une simple balade à vélo dans Paris. Pourtant, c’est parfois dans les choses les plus simples que je trouve du réconfort et du plaisir.

De longs mois étaient passés avant que mon vélo et moi puissions partager de nouveau de longues après-midi d’errance. Nous avions été séparés par une blessure persistante ces dix derniers mois. Mais ce jour-là, j’étais bien décidée à remonter en selle et renouer avec notre vieille histoire. C’est dans un piteux état que je l’ai retrouvé dans la cave : recouvert de plâtre par des ouvriers peu précautionneux et les deux pneus dégonflés. Après un bon dépoussiérage et quelques coups de pompe, nous étions fin prêts à reprendre la route ensemble.

Très vite, mes jambes retrouvent leur rythme, mes cheveux se dressent dans la brise, je joue avec les vitesses. Je n’ai aucune destination précise. Le cœur léger, je peux aller où bon me semble et tellement plus loin qu’à pied. Je me surprends même à sourire au vent. Il fait beau et chaud en ce dimanche après-midi d’août. Je me laisse guider par les pistes cyclables. Je roule au gré de mes envies. Les rues sont quasiment désertées par les automobilistes. Je sillonne tranquillement les quartiers de Paris. Tout en restant prudente, je laisse mon regard se promener sur tout ce qui m’entoure : les bâtiments, les vitrines, les passants. Je prends mon temps. Envie de faire une pause, de visiter un parc ou encore d’entrer dans une boutique… Pas de souci ! J’attache soigneusement mon vélo et je poursuis ma balade à pied. Je ne vois pas les heures défiler. C’est d’abord la faim qui me rappelle que le temps passe, puis la tombée de la nuit. Je me décide à rentrer, les muscles, tout comme mon fessier, un peu endoloris par cet exercice retrouvé, mais satisfaite de cette première sortie. En le remisant dans la cave, je me promets de ne plus laisser autant de temps s’écouler avant notre prochaine sortie.

 

Céline

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s