Devenir une autre femme en pratiquant la danse orientale

 

Le rideau se lève. Et elles apparaissent dans la lumière. Des femmes tenant un voile. Mon cœur bat à tout rompre car je suis parmi elles. Debout, dos au public les bras tendus, la tête penchée, mon voile m’effleure. Je suis vêtue d’une jupe rouge, longue, fluide et brodée de mille perles. Mon bustier scintille et laisse voir mon ventre. Mes cheveux cascadent sur mes épaules. Mon visage est fardé comme une égyptienne. Mes yeux sont soulignés de noir.

Que le spectacle commence !

Lancinante, la musique débute par le son d’une flûte. Et nos corps se délient. Nos bras s’élèvent et les voiles s’envolent. On ondule et on balance nos hanches. Nos mains font des manières. Et les notes s’accélèrent avec la derbouka, l’instrument de percussion oriental.

Nos hanches marquent le tempo, notre buste prend le relais, nos épaules vibrent. La musique s’accélère.On jette nos voiles, on tourne et on tourne encore et toujours sur nous même, jusqu’à la note finale.

Le public applaudit.

C’était bien moi sur cette scène mais je me suis sentie différente. Plus provocante, plus aguicheuse, plus lascive, plus libre. J’étais une autre femme.

 

Miryam

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s