Chine : Les drôles d’oiseaux de Dalian en costard pour le Nouvel an

Musée polaire de Dalian, province du Liaoning, le 24 janvier.

Les manchots empereurs et les gorfous dorés (une sous-espèce de manchots) ont fait sensation lors de leur première sortie.

A Dalian, la balades des empereurs dans la neige, sous les yeux du public, se renouvellera durant toutes les fêtes du Nouvel an chinois.

L’Asie réveillonne vendredi 27 janvier pour le Nouvel An lunaire, la fête la plus importante de l’année.

Chaque nouvelle année est représentée par un animal dans le calendrier lunaire chinois qui en compte 12…cette fois c’est l’année du singe de feu qui se termine, bonjour l’année du coq !

Quel rapport avec les pingouins ?

Aucun si tant est que selon les astrologues chinois, le manchot empereur et le gorfou doré symboliseraient le dragon et le phénix et leur combinaison serait un signe de bonne fortune pour l’année à venir.

Les chinois ne rigolent pas avec la symbolique de l’animal « Effigie de la nouvelle année ».

Mais alors que promet 2017 ? Le singe de feu annonçait une année 2016 ponctuée d’événements dramatiques mais alors l’année du Coq ?

Cocoricooooo ! Et en chinois ça donne quoi ?

Sakaiiiiiiiii !

C’est bien vrai qu’il fait froid, au musée polaire de Dalian c’est l’occasion de sortir faire une petite virée.

A cette occasion des millions de chinois sont en congés et les enfants sont en vacances, pour une semaine. C’est ainsi qu’en famille les chinois se déplacent afin de prendre part aux festivités les plus folkloriques et symboliques.

Le temps hivernal dans la région de Dalian dans la province du Liaoning et le soleil brille. Au musée Polaire l’environnement et le climat sont parfaitement adaptés à la promenade des drôles d’oiseaux. Les enfants autant que les parents se régalent à les voir déambuler en claudiquant dans leurs costumes noir et blanc,

On dirait des maîtres d’hôtel près à prendre commande : « qu’est ce que je vous sers ? » pourrait-on entendre.

La joie se lit sur le regard étonné et heureux des enfants qui crient de joie en montrant du doigt les spécimens en queue de pie (amusant pour un pingouin). Les oiseaux costumés s’amusent avec les poissons que l’employé du musée leurs jette.

C’est ainsi qu’un match s’engage entre plusieurs pingouins afin d’arriver le premier, ouvrant un large bec à qui saurait saisir la proie.

Sympa la vie d’un pingouin, non ?

Belle vie que celle de l’empereur ! Toujours bien affublé, tiré à quatre épingles.

En les voyant, on pourrait dire qu’ils ont de la chance, oui ! Mais quand ils ne sont pas la proie des prédateurs (baleine, orques etc.) car nos drôles d’oiseaux ne savent pas voler.

A en croire la couleur de leur costard, le noir et le blanc sont à la fois une protection contre les prédateurs et une climatisation naturelle.

Serait-ce symbolique d’une nouvelle année sous le signe du réchauffement climatique ?

Un conseil en attendant de nous retrouver l’année prochaine pour répondre à ces questions, croquez la vie comme elle vient, le farniente, « le simple plaisir d’exister » pour paraphraser Spinoza.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s