L’ascension du Puy Mary, le goût partagé de la randonnée

L’ascension du Puy Mary, 1783 mètres. Avec des adolescents en difficultés. Un parcours inoubliable.

C’était en juillet 1990. J’étais moniteur de colonie de vacances. Je m’occupais d’un groupe d’ adolescents de 13 à 16 ans en difficultés. Durant l’année, ces jeunes étaient placés dans des familles d’accueil ou en foyers. Cette année là, la DDASS (Direction départementale des affaires sanitaires et sociales) de la Gironde les avait envoyés en vacances, au vert, dans le Cantal.

Au cours du séjour, j’avais eu l’idée de partir en randonnée. J’avais choisi de faire l’ascension du Put Mary, 1783 mètres. Nous devions pour cela quitter le centre en minibus et nous installer au camping municipal de Sarlat qui se situe au pied du sommet. De là, nous attendait une longue marche de 20 kms pour arriver jusqu’au sommet.

Mon directeur m’avait mis en garde « C’est trop loin, vous n’y arriverez pas ». Mais il n’y avait pas d’autres point de chute plus près. J’avais envie de tenter le coup, de pousser mes limites, les miennes et celles de ces jeunes adolescents qui trop souvent me paraissaient brimés.

Le matin de la randonnée, nous partîmes de bonne heure. 8 heures précises. La météo était clémente, une belle journée ensoleillée s’annonçait. Nous empruntâmes la petite route goudronnée.

Nous marchions ensemble, d’un bon pas. J’avais gardé secret la distance qui nous séparait de la cime pour ne pas les affoler. Vers 10 heures du matin, nous observions une petite pause pour se restaurer un peu. Il n’y avait pas encore auprès de manifestations de colère.

Nous continuâmes notre route. Le groupe commençait à s’étendre. Je laissais faire. Le sommet paraissait encore bien loin.Vers midi, le soleil était chaud. Véronique fut la première à ne plus vouloir avancer. Il fallait alors user de tact et de psychologie pour qu’elle rejoigne le groupe. A force d’encouragement et de persévérance, je la tirais derrière moi pour qu’elle ne s’arrête pas. Il fallait continuer coûte que coûte.

Nous rattrapâmes le groupe et nous en profitions pour observer la pause déjeuner. A l’ombre des sapins. Le sommet était encore loin mais à portée de vue.

Nous repartîmes rapidement. Un groupe de trois garçons s’était spontanément formé pour mener le groupe. La pente devenait raide et le soleil nous chauffait la tête. Plusieurs jeunes éprouvaient de la fatigue. Les pieds étaient endoloris. Là encore, il fallait faire preuve de caractère pour les encourager à avancer. Je sentais malgré tout chez eux, l’envie d’y arriver.

Nous arrivâmes au col. Vers 15 h. Il restait encore 3 ou 400 mètres de chemin pour parvenir au sommet. Nous montions chacun à notre rythme, la victoire était proche. Arrivés en haut, soûlés par la fatigue, nous fûmes subjugués par la beauté du paysage. Face à nous, côté est, se dressait l’immense barrière rocheuse des Alpes. Au cœur du Massif central, dans les Monts du Cantal, nous observions les Alpes.

Nous restâmes silencieux un bon moment. Quelques jeunes ont tirés de leur poche une cigarette pour fumer. Les interdictions n’avaient pu lieu d’être. Le temps de la méditation était venue. Rien, il n’y avait rien à dire, si ce n’est que nous étions bien tous ensemble devant ce paysage à couper le souffle.

17 h. l’heure du retour avait sonné. Personne ne pouvait plus râler car il n’y avait pas de solution, il fallait avancer pour regagner le campement. Les pieds complètement endoloris, nous avancions à grands pas. Le groupe était complètement disloqué mais j’étais en confiance. nous avions réussi notre marche.

Vers 20 h, nous rentrions au camping. Fourbus, nous avalâmes un bout et nous nous couchions.

Le lendemain, quelle n’était pas notre joie de raconter notre ascension à tout le groupe. Nous étions fiers de nous. A partir de ce jour là, marcher est devenu pour moi un plaisir, une quête à partager.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s