Quel contrôle pour les avis abusifs sur internet ?

Son coup de gueule incontrôlé a fait le buzz. Le chef d’un restaurant étoilé du Var y dénonce à mots très crus les mauvais avis sur son établissement postés sur le site Trip Advisor. Et dénonce implicitement l’absence de contrôle du site américain.

En juillet 2015, le quotidien transalpin Italia a Tavola, spécialisé dans la gastronomie et le tourisme, avait choisi l’humour et démontré l’absence de filtres et de système de  contrôle du site de conseils touristiques en créant un faux restaurant. Un mois plus tard cette fausse bonne table s’était retrouvée en tête de ses concurrents grâce à de faux avis.

Quelques mois plus tôt, l’autorité italienne de la concurrence avait pourtant condamné Trip Advisor à 500 000 euros d’amende. L’organisme de contrôle estimait que dernière le site insistait trop lourdement sur le caractère «authentique et sincère» de ses avis alors que s’y glissent toujours quelques éléments douteux.

En France, il existe depuis 2014 une norme AFNOR afin de garantir la sincérité des avis. Et c’est le gendarme de la concurrence, la DGCRF qui en contrôle l’application. La démarche pour les entreprises reste cependant volontaire. Et selon la direction de la concurrence, la situation aurait même tendance à empirer. Le taux d’anomalie en matière d’avis  avoisinerait les 45%. Malgré des moyens limités, les cybergendarmes veillent et parviennent parfois à épingler ces sites. En droit français les faux avis sont assimilés à des «pratiques commerciales trompeuses» et constituent un délit.

En attendant un meilleur contrôle international, le restaurateur  et sa colère pas si incontrôlé que cela s’est offert un bon coup de pub. Sa grosse colère sur sa page Facebook a été partagé plusieurs centaine de fois et vu 600 000 fois.

Kyralina

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le coup de gueule un peu suspect du chef Vincent Durin contre Tripadvisor

Dans une video postée sur internet, Vincent Durin, chef renommé du restaurant « Les Moulins de Saint Aygulf » est très remonté.

« Espèce de trou du cul ! »

Après avoir lu des critiques négatives sur le site « Trip Advisor », le chef varois s’enflamme. Visiblement très en colère, il répond aux internautes : « La crème au citron bergamoté, bah oui elle a le goût de la bergamote espèce de trou du cul, forcément puisque c’est du citron à la bergamote ! »

Coup de gueule viral

Il tape sur sa table, hurle, insulte. Ces « espèces d’enculés » qui postent des « avis à deux balles », et « qui se prennent pour des grands chefs », il en a « plein le cul ». Résultat, le buzz assuré sur les réseaux : en 6 jours, le coup de gueule est déjà vu près de 600 000 fois.

La mise en ligne d’avis par milliers, postés anonymement sur les guides touristiques en ligne, est souvent particulièrement dure à vivre pour les professionnels ainsi évalués. Les avis sont parfois très ingrats, injustes, diffamatoires. Et qu’un chef puisse y réagir vertement, c’est bien compréhensible.

Des critiques plutôt courtoises 

Mais à y regarder de plus près, « ces espèces d’enculés »  de critiques ne sont ni très nombreux, ni très virulents. Bien au contraire. Sur l’écrasante majorité des 460 avis postés, le chef est excellemment noté, voire encensé. 1er sur les 39 restaurants de la commune, il reçoit une pluie d’avis intitulés : « Excellent ! » et obtient une note globale de 4.5/5, rarissime.

Evidemment, le chef ne voit et ne retient que 3 avis, récents, qui ne le qualifient effectivement pas « d’excellent ». Mais dont les critiques sont finalement plutôt mesurées.  L’avis qui occupe toute l’attention du chef le note même à 3/5, soit une note très enviable par rapport à la moyenne des professionnels évalués.

« La bergamote prend le dessus et explose le palais », commente sobrement l’internaute. Pas de quoi se faire « trancher la gorge » par Enriqué, le collègue espagnol de Vincent Durin. Le contributeur termine même en rappelant que c’est « un resto qu'[il] apprécie tout particulièrement », et félicite « le service impeccable, comme d’habitude nous sommes chouchouté ».

« Buzzez », il en restera toujours quelquechose

Le chef rejette les critiques sans fondements. Chacun pourra s’interroger sur les coups de gueules sans fondements. Voire opportuns. Car non content d’engranger les vues, Vincent Durin poste sur son profil Facebook tous les articles de presse relatifs à son coup de gueule video. A croire que sa colère si spectaculaire s’est transformée en un joli coup de pub bon marché. Peu importe d’ailleurs que sa colère soit justifiée ou non, il fait le spectacle ! Et peu importe qu’il insulte, agresse, ou menace : il fait le buzz !

Si l’on était médisant, on en viendrait à se demander si cette colère est bien sincère ou si elle ne serait pas un tantinet orchestrée. Juste pour qu’on en parle. Et d’ailleurs, de ce point de vue c’est réussi… On en parle.

Mathieu

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Un chef de cuisine pousse un coup de gueule contre les avis sur Tripadvisor

 

Il en a marre des avis négatifs. Son restaurant en compte trois. Trois de trop !

Vincent Durin ne décolère pas. Le chef cuisinier du restaurant les Moulins de Saint-Aygulf en ras-le-bol des commentaires sur tripadvisor. « Il en a plein le cul » comme il dit !

Une vidéo le montre dans sa cuisine, le couteau à la main, en train de railler les commentaires « à la con » que l’on peut lire sur le site WEB. La vidéo fait le buzz en ce moment, elle compte déjà 600 000 vues. Le chef restaurateur s’est transformé en boucher de cuisine, le verbe haut et  le langage fleuri.

Vincent Durin est prêt à en découdre. Pour lui, les internautes qui postent ces messages sont des guignols. Ils se prennent pour des grands chefs étoilés alors qu’ils ne connaissent rien à la cuisine. D’après le chef, un avis sur sa cuisine c’est forcément subjectif et comme  tous les goûts sont dans la nature, à quoi bon se faire une idée ?

Selon le site WEB Tripadvisor, les avis sont suivis par des milliers d’internautes. La fréquentation de certains établissements ont vu leur côte baisser du jour au lendemain en fonction de certains messages. Et ils n’ont pu redresser la barre.

Certes, mais j’ai aussi envie de dire à Monsieur Vincent Durin, que si son message est juste, on vit aussi dans une société où la liberté d’expression existe à tous les niveaux.

 

Nicolas FERRO

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le chef ne supporte pas les critiques sur Tripadvisor, il pète un plomb en cuisine

« J’en ai plein le cul », « enculés ». Le chef cuisinier s’enflamme. Recette en vidéo.

 

Dans la cuisine des Moulins de Saint-Aygulf, depuis quelques jours, c’est tout feu, tout flamme. C’est bien simple, Vincent Durin, le propriétaire du restaurant a totalement pété les plombs après avoir reçu deux avis négatifs  sur Tripadvisor.  Insultes et menaces pleuvent dans une vidéo que le restaurateur a publié sur sa page Facebook.

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fvincent.durin.5%2Fvideos%2F273268279797341%2F&show_text=1&width=560

Installé dans le sud de la France, Vincent Durin a indéniablement le sang chaud. Il le reconnait d’ailleurs très clairement dans sa vidéo  : « Oui, j’suis énervé« .  Mais là, il aura suffit de deux avis empreints de déception sur le site Tripadvisor, pour que le chef se mette à bouillir, et finisse carrément par péter les plombs.

« Espèce d’enculés », « plein le cul » et autres amabilités

Le 5 avril, il met en ligne la vidéo ci-dessus sur sa page Facebook. Le restaurateur y traite quelques clients déçus de tout un tas de nom d’oiseaux. Vincent Durin ne supporte visiblement aucune critique.  Il relève la moindre pincée de commentaire négatif sur sa sauce à la crème citron-bergamote ou la taille du magret. Le regard fou, le restaurateur va même jusqu’à sortir le couteau en évoquant les commentateurs de Tripadvisor.

La recette pour se faire mousser

Vincent Durin n’a pourtant pas à se plaindre. Le restaurateur est très bien noté (4.5/5)  sur le site qui recense les avis de consommateurs. Et les avis négatifs se comptent sur les doigts de la main parmi les 460 commentaires laissés sur Tripadvisor. Mais le restaurateur voulait peut-être ne pas s’endormir sur ses lauriers.
La recette est bonne :  sa vidéo a déjà été vue près de 600.000 fois sur Facebook.

Aude

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Affaire de la cabane du Doubs : la loi est-elle trop rigide ?

Xavier Marmier a conçu sa cabane dans un bois de Cléron (Doubs), dont il est propriétaire. Mais la zone est classée non-constructible. La mairie exige sa destruction.

Xavier Marmier a construit sa cabane il y a 5 ans, et personne ne le lui a rien reproché jusqu’ici. Mais en février dernier, il a reçu un avis lui intimant de démonter sa construction avant le 1er juillet 2015.

« Il ne gêne personne »

Le propriétaire s’y oppose. Il est soutenu par l’Association de défense des intérêts des entreprises et des particuliers (ADIEP) , dont le président s’insurge :  « c’est illégal, mais l’ancienne municipalité l’a laissé habiter ici pendant cinq ans (…) et maintenant on vient lui demander de tout démonter alors qu’il ne gêne personne ».

S’il ne gêne personne, le propriétaire de la cabane contrevient effectivement à la loi : le logement, construit sur une parcelle forestière dont il est propriétaire, est situé dans la vallée de la Loue en zone Natura 2000, non-constructible.

Faut-il pour autant appliquer aveuglement les textes de loi, dans un cas si particulier ? Il s’agit d’une zone protégée, mais l’habitat, à caractère écologique semble respectueux de son environnement.

Le maire évacue la question : « cette maison ne me gêne pas, mais elle pose des problèmes de sécurité et d’assurances» qui concernent la collectivité. Selon lui, «laisser faire serait la porte ouverte à tous les abus » et «on risquerait de voir plein de gens construire leur cabane ».

La liberté face aux règles de la loi. Ou l’éternelle recherche de l’équilibre entre liberté et égalité.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Ou s’arrête la liberté de construire sur une terre classée en zone naturelle ?

En Charente Maritime, un retraité encours la possibilité de voir sa cabane détruite par les pouvoirs publics car elle se situe en zone non constructible. Le propriétaire du terrain met en avant la liberté de vivre sur ses propres terres avant les règles qui régissent l’urbanisme.

Construire en zone naturelle est interdit par la loi selon le code de l’urbanisme.

Néanmoins, il existe des mesures particulières pour les petites constructions d’après une réforme d’octobre 2007.  Une construction de moins de 20 m2 qui n’utilise pas des matériaux durs comme le béton ou les tuiles de couverture est autorisée sans un préalable de permis. Les habitations montées sur roues comme les roulottes ou les caravanes sont aussi autorisées car elle peuvent se déplacer en cas de litige. Les cabanes en bois sur pilotis sont aussi de mise en matière d’habitats rustiques dans ces zones forestières ou reculées qui de surcroît sont classées en zone naturelle.

Alors, pourquoi la cabane de Monsieur Belmon pose-t-elle des problèmes en matière d’urbanisme dans cette commune de Charente Maritime ?

Si les constructions en dur sont soumis à autorisation par la Direction des Territoires (DDT) en France, les petits habitats, eux, sont soumis à la seule appréciation du maire. La façon d’y vivre et de s’y comporter serait alors soumis à la moralité de ses élus. En attendant que l’affaire Belmon soir tranchée, la question juridique de ces petites constructions reste pleine et entière.

 

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Cercoux : poursuivi pour habiter une cabane qu’il a construite sur ses terres

Guy Belmon est retraité. Il vit seul en ermite dans une cabane qu’il a construite de ses propres mains sur une parcelle boisée qui lui appartient. Le souci, c’est que Guy Belmon  n’a pas demandé de permis de construire pour ce qui est devenu sa résidence principale. Résultat : le maire de Cercoux a saisi la justice.

Il vit en-dessous du seuil de pauvreté, cela ne le place pas au-dessus des lois.

Guy Belmon vit en dessous du seuil de pauvreté :  il dit ne pas avoir les moyens de s’offrir un appartement, et ne veut rien devoir à personne. D’où cette cabane construite sur ses terres.

A la mairie de Cercoux, Jeanne Blanc ne l’entend pas de cette oreille. Le maire rappelle que la loi s’applique à tous :  la propriété de Guy Belmont est classée en zone naturelle, le retraité n’a jamais fait de demande de permis de construire. Bref, c’est illégal.

Guy Belmon est convoqué le 14 avril prochain pour être entendu par les gendarmes, et le procureur de la République saisi de l’affaire.

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire