Soleil couchant et prémisse d’un rêve au Grand canyon

sans-titre

Ce n’est pas l’un des moments les plus forts de ma vie mais c’est un moment qui compte. C’était en 2013 aux Etats-Unis dans un décor de rêve : le Grand canyon, reconnu Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 1979.

Ce jour là, ou plutôt ce début de soirée-là, j’étais confortablement assis sur une terrasse, une bière à portée de main et devant moi le soleil s’enfonçait doucement dans les profondeurs du Grand canyon. Cette image restera à jamais gravée dans ma mémoire car bien plus qu’une carte postale ce fut d’abord un moment apaisant. Ce fut ensuite une rencontre exceptionnelle avec la nature dans ce qu’elle offre de plus beau, de plus spectaculaire et de plus gigantesque. Enfin, ce fut un rendez-vous avec l’histoire du continent nord-américain. Il suffit pour cela de se pencher et d’observer les strates du canyon, vieux de six millions d’années.

Ce jour-là, sans doute inspiré par la beauté qu’offre le site et la sérénité qui s’en dégage, je me souviens m’être fait une promesse. Celle-ci s’est concrétisée quelques semaines plus tard par un événement qui demeurera, à coup sur, le moment le plus fort de ma vie.

 

 

 

Publicités